Sophie la Girafe, le jouet des tout-petits depuis toujours

Sophie la Girafe, le jouet des tout-petits depuis toujours

Quand on pense à une chambre de bébé, on pense immédiatement à Sophie la Girafe comme emblème universel de la petite enfance. Cette petite girafe est devenue depuis plusieurs générations le compagnon préféré des jeunes enfants français, mais elle a réussi à conquérir ceux de tous les continents. Ce petit jouet qui n’a pourtant pas l’air si remarquable, née un peu par hasard dans un atelier de fabricant de jouets dans une campagne française il y a environ soixante ans, s’est montré dès le début particulièrement bien adapté aux besoins et aux désirs des bébés. Toutes les tentatives de changement de ses formes, de ses couleurs, de sa texture ou de sa taille, même quand elles ont été faites par son propre fabricant, ont d’ailleurs échoué. C’est telle qu’en elle-même que Sophie a toujours plu et qu’elle continue de plaire. Cette analyse de sophie la girafe qui la place ainsi en tête des jouets de puériculture repose sur quelques paramètres simples : la beauté, l’adaptabilité et surtout la sécurité.

Sophie la Girafe, la sécurité avant tout

De nos jours beaucoup de questions restent sans réponse à propos de la composition des jouets de nos enfants. Les scientifiques essaient depuis de nombreuses années de tirer des sonnettes d’alarme, des études sont menées ici ou là, mais l’industrie du jouet liée intimement à celle du plastique, entretient une nébuleuse difficile à percer. Dans l’état actuel des connaissances, les bisphénols sont régulièrement mis en cause, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail conduit depuis 2009 à un travail d’expertise sur les substances potentiellement perturbateurs endocriniens. Le bisphénol A a d’ores et déjà été interdit dans les produits de puériculture dans l’ensemble de la communauté européenne par mesure de précaution, mais il faut savoir qu’il existe d’autres bisphénols à propos desquels les études n’ont pas encore abouti, ce qui ne leur enlève rien du point de vue de leur dangerosité. Il faut également être conscient qu’un jouet étiqueté d’origine européenne peut très bien n’être qu’assemblé dans une usine européenne à l’aide de matériaux dont la provenance n’est pas connue des utilisateurs et incontrôlable dans les régions lointaines où ils sont mis en œuvre.

Sophie la Girafe, une qualité immuable

Bien que sa production ait considérablement augmenté au fil des ans, Sophie la Girafe est toujours encore fabriquée exclusivement en France, de façon entièrement artisanale ce qui donne un caractère unique à chaque petite girafe, mais surtout elle est toujours encore entièrement naturelle. Elle est faite à cent pour cent de caoutchouc naturel, issu d’hévéas sévèrement contrôlés et même ses pigments sont de qualité alimentaire. L’enfant peut donc la mettre en bouche autant qu’il le veut sans l’altérer, sans que diverses substances potentiellement nocives se libèrent dans son organisme. La recette de cette success story ne réside pas dans de grands programmes marketing avec force démonstrations inutiles, mais dans une qualité intrinsèque que les proches de jeunes enfants savent reconnaître et apprécient particulièrement dans ces temps où il y a tout lieu de s’inquiéter de la teneur des jouets que nous offrons à nos enfants. Tout le monde commence à savoir qu’il vaut mieux prévenir que guérir et que s’il s’avère dans quelques décennies que les enfants d’aujourd’hui ont ingéré des substances inappropriées il sera trop tard.