Scooter : les risques pour une femme enceinte

grossesse et scooter

Monter à moto lorsqu’on est enceinte n’est pas toujours conseillé. Entre les risques d’accidents, de chocs et autres mauvaises chutes, les risques sont nombreux. La question à se poser est : la grossesse et la pratique de la moto sont-elles compatibles ?

Qu’en est-il des premiers mois de grossesse ?

grossesse motoPendant les trois premiers mois de la grossesse, les vibrations causées par la moto n’entrainent aucun risque pour la femme enceinte. Les gynécologues s’accordent à dire qu’à cette étape de la grossesse, les risques sont moindres. Néanmoins, la position assise qui n’est pas des plus confortables et les soubresauts subis par le pilote ou le passager lors de la balade à moto ne sont pas forcément bien pour le développement et la santé du fœtus. À cela s’ajoutent les risques d’accident et les mauvaises chutes, car les passagers d’un scooter ne sont pas à l’abri des chauffards. Le moindre choc ou accroc avec un autre deux-roues ou avec une voiture et les conséquences seront désastreuses autant pour le bébé que la maman. L’on peut ainsi dire qu’il revient à chacun à cette étape de considérer les risques qu’il encourt et qu’il fait courir à son bébé.

Au-delà des trois et quatre mois de grossesse, le petit ventre de la maman devrait commencer à bien s’arrondir et à cette étape, les gynécologues déconseillent fortement de monter à moto. Comme à cette période de la grossesse, le fœtus est déjà bien formé, un choc ou une mauvaise chute peut avoir des conséquences sur son développement. Les effets dépendent bien évidemment de la violence de l’accident, mais autant que possible, il faut éviter la pratique de la moto une fois qu’on a dépassé le troisième mois de grossesse.

Les conseils à retenir

Pour celles qui souhaitent continuer à monter à moto pendant les trois premiers mois de la grossesse, il faudra penser à s’équiper des bons accessoires de moto à savoir un casque homologué, une veste et un pantalon rembourré, une protection dorsale au besoin, une paire de chaussures fermées et des gants. Il faudra également penser à consulter régulièrement le gynécologue pour se tenir au courant de l’évolution de bébé et s’assurer qu’il ne craint rien malgré les vibrations que l’on subit à moto. Seul le gynécologue peut en effet assurer si la pratique de la moto à ce stade de la grossesse représente un risque élever ou non. Dans le pire des cas, il se peut que les vibrations répétées entrainent un accouchement prématuré ou un mauvais positionnement du bébé. Il est important de rappeler que contrairement à une voiture, les motards ne sont pas protégés par une carrosserie en cas d’accidents, ça devrait faire réfléchir les plus téméraires.

Une fois que l’on a dépassé le quatrième mois de grossesse, le congé maternité ne devrait être plus bien loin, ce qui fait qu’il ne sera plus nécessaire de se déplacer à moto. Enfin, pour éviter le pire, il vaut mieux prendre les devants et délaisser le casque de moto pour les transports en commun, et ce, pendant les neuf mois de grossesse.